Épiphanie: " Des signes au sens le plus large du mot" 

 

La fête de l'Epiphanie du Seigneur nous donne d'accueillir l'optimisme de la mission universelle et notre engagement chrétien au service de l'Eglise et de la société. C'est dans ce sens que l'Epiphanie fait comprendre à Israël, et à nous tous, que Dieu vient se manifester à tous les hommes. Son règne à Lui, le Créateur de l'univers, lui le Tout Puissant, le seul vrai Dieu est au centre de la révélation biblique.

L'Epiphanie, c'est-à-dire la manifestation de Dieu, nous révèle que Dieu n'est pas que le Dieu du seul peuple juif, son peuple pourtant élu, mais que tous les peuples de la terre sont à lui. Cela, Israël l'a compris progressivement : « Que les peuples te proclament, Dieu, qu'ils te proclament, tous ensemble ! » clame le psalmiste. Célébrons dans la joie de l'Esprit le jour de nos débuts et le premier appel des nations.

S'il y a un élément parmi tant d'autres qui nous vient à l'esprit lorsque nous évoquons le terme Epiphanie, c'est sans doute la lumière:  « une lumière s'est levée ! » Et ne perdons pas de vue (Is 9,1-6) la nuit de la Nativité. Nous nous apercevons que grâce à une étoile, trois mages sont appelés et guidés depuis l'Orient, pour venir reconnaître et adorer le Roi du ciel et de la terre. Ces mages viennent d'inaugurer le périple, le pèlerinage, que doit effectuer la foule innombrable des hommes relativisant les frontières, sans pourtant confondre les apports de chacun, par la suite des temps. Après que nous avons trouvé le Sauveur, comme eux, repartons chez nous en indiquant que notre communion au même corps du Christ ne supprime pas la singularité de chacun. Mais empruntant un chemin nouveau, celui de la conversion, d'une nouvelle manière de vivre dans la diversité de nos existences, de nos choix, de nos espoirs. La gloire de Dieu resplendit sur la terre, hier comme aujourd'hui. « Debout, resplendis, car voici ta lumière ! »

 

P. Aymar