Les enfants dans nos assemblées

 Nos assemblées dominicales offrent, de façon particulière, des places pour les enfants et les jeunes en tant qu’ils sont formés, catéchisés, mais aussi et surtout parce qu’ils sont porteurs d’énorme potentialité en terme d’imagination, d’improvisation, mais aussi de prévention. La multiplication des pains en Jean 6,5-15 : « Il y a là un garçon qui possède cinq pains d’orge et deux petits poissons », est très révélateur du rôle d’un enfant. 5 pains d’orge, signe d’indigence, de pauvreté, de misère et de fragilité. Cependant ces 5 pains du pauvre sont accompagnés de deux poissons ; le 2 symbolisant la polarité qui caractérise notre condition humaine : bien-mal, masculin-féminin, jour-nuit, moins-plus, etc... Dans le contexte de ce récit, le 2 manifeste assurément le double battement du cœur de ce jeune garçon rythmé du verbe aimer dans son expression la plus originelle : donner/recevoir ; tout donner/ne rien garder pour soi. Jésus a besoin de cela pour bousculer voire déjouer les prévisions humaines.

Mais qui est-il ce jeune homme ? On peut supposer qu’il s’agit d’un adolescent qui rapporte un pique-nique pour nourrir sa famille après la prédication du maître. Il entend Jésus ordonner à ses disciples de nourrir eux-mêmes la multitude réunie. Mû par un élan de générosité, il donne le peu qui était « tout » pour lui. IL devient témoin et participant du miracle : la foule est nourrie et il y a même des restes. Si petite que soit notre offrande – ou notre action – le Seigneur saura la transformer, l’amplifier pour le bien de tous. Le jeune garçon a répondu au Maître dans un grand élan d’amour et de générosité, agissant en « disciple ».

Que les enfants de nos églises entendent eux aussi l’appel du Seigneur et mettent à son service les dons qu’ils ont reçus. En ce mois marial et dans la perspective de la prière pour les vocations, offrons-les à la protection maternelle de Marie, modèle de l’obéissance et du partage.

Père Christophe W. MABOUNGOU