Le secret du « Notre Père » (Mt 6, 7-15).

 

Comme c'est beau de l'entendre dire : ce n'est pas la prolixité de mots et l'espace de temps durant lequel nous nous agenouillons qui font la profondeur de cette Prière, mais c'est au contraire notre connexion filiale à Dieu Notre Père avec nos frères et sœurs en humanité. Il arrive aux uns d'utiliser le moyen de la prière, comme un subterfuge, pour échapper au devoir impérieux de travailler, comme si tout dépendait de la Volonté de Dieu qui doit tout mettre sur la table à manger. Aux autres, par contre, arrive la tentation de demander à Dieu mille et une choses à la fois, sans pourtant Lui laisser le temps d'y répondre. Ils rabâchent et répondent tout seuls, dans leurs prières, par peur de laisser la Parole à Dieu pour écouter ce que veut nous dire Sa Volonté : «Faites aux autres ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous» (Mt 7,12).

C'est là que se comprennent alors toutes les belles séquences de cette profonde Prière : le Notre Père... C'est aussi là que se trouve caché le secret - mystère des 7 demandes du Notre Père, dans la totalité et la perfectibilité du cœur qui s'ouvre à Dieu. Les trois (3) premières demandes concernent Dieu Lui-même : que Ton Nom, que Ton Règne, que Ta Volonté. Les quatre (4) autres demandes sont formulées en « nous », concernant nos besoins vitaux et notre vie fraternelle : la Nourriture qui fait marcher vers son Royaume, le Pardon reçu et rendu possible par le pardon donné, le Soutien pour refuser la tentation et la Délivrance du mal (du péché). Dans ces sept (7) demandes se trouvent rassemblés les deux grands commandements: l’amour de Dieu et celui du prochain.

 Pour dire "Notre Père", il faut avoir la conscience d'être fils ou fille AVEC les autres qui deviennent, par conséquent, frères et sœurs AVEC nous. Mais le point culminant de cette Prière se trouve dans le Pardon reçu et donné : «Remets-nous nos dettes (offenses), COMME nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient (nous ont offensé)» -Mt 6,12. C'est la raison pour laquelle le Christ conclut cette Prière par l'irrévocable monition sur le pardon : «si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes». Que se taise donc l'hypocrisie de toutes celles et ceux qui, en toute sincérité, n'arrivent pas ou refusent de pardonner aux autres. Ceci, pour éviter de demander une chose et son contraire à la fois, qui n'est autre qu'une perte de temps pour : deux prêtres qui concélèbrent à la même messe, mais sont incapables de s'aimer sincèrement ou deux chrétiens qui communient au même Corps (du Christ) mais incapables de se parler après la messe. C'est ce qui s'observe aussi dans la contradiction maladive de la mouvance et de l'opposition qui se disent être au service d'un même peuple, mais incapables de se mettre ensemble pour travailler dans le sens du bien commun. Comment Dieu peut-Il nous délivrer du mal dans ce contexte là ? 

 

P.Aymar

 

Souscriptions

Si vous souhaitez faire un don pour la reconstruction de l'église Saint-Jacques :

 

Suivre le lien : SOUSCRIPTION SAINT JACQUES

(Déduction fiscale)